L’AGPM souhaite une étude d’impact sur l’autorisation d’entrée en Europe des semences de maïs ukrainiennes. La Commission européenne a en effet publié à ce sujet, le 7 avril dernier, une proposition de décision soumise au Parlement et au Conseil. Or, les maïsiculteurs jugent que cela constituerait une distorsion de concurrence, « ce pays n’appliquant pas les mêmes règles du jeu que nous&thinsp...
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
100%

Vous avez parcouru 100% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !