Les demandes d’aide pour la réduction de la production laitière européenne ont été clôturées le 21 septembre. Bilan : la quasi-totalité des 150 millions d’euros (M€) alloués à cette mesure seront consommés dès la première période, d’octobre à décembre. Selon le ministère de l’Agriculture, qui « salue l’engagement des producteurs », plus de 1,071 million de tonnes seront aidées en Europe.

13 000 demandes en France

L’Allemagne, à elle seule, engloutira potentiellement 27 % de l’enveloppe (40 M€), pour près de 10 000 candidats et une baisse de collecte moyenne de 29 000 kg de lait. La France prend la deuxième place avec ses 13 000 demandes, à 14 000 kg de lait en moyenne. Elle devrait recevoir 25,4 M€ de Bruxelles. En troisième position, le Royaume-Uni attend 15,7 M€ pour 1 849 éleveurs, et une réduction moyenne de 61 000 kg. Suivent les Pays-Bas avec 11,2 M€ (3 932 demandes, 20 000 kg), l’Irlande avec 10,4 M€ (4 447 demandes, 17 000 kg) et la Pologne avec 7,4 M€ (3 779 demandes, 14 000 kg). D’autres pays d’Europe du Nord, qui ont freiné des quatre fers pendant des mois pour la validation de ce plan de réduction, n’ont pas été les derniers à postuler. Ainsi en est-il du Danemark, qui se verra attribuer 4,3 M€ pour ses 423 exploitations souhaitant baisser leurs livraisons de 73 000 kg en moyenne d’ici la fin de l’année. La Belgique recevra quant à elle 4,7 M€ (1 825 demandes, 18 000 kg).

M. B. avec J.-M. V.