Le Sénat et l’Assemblée nationale ont validé, le 29 mai, la prolongation de quatorze mois de l’expérimentation sur le relèvement du seuil de revente à perte et l’encadrement des promotions. Ces deux dispositifs ont été mis en place par la loi Alimentation. Le texte, voté dans le cadre d’un projet de loi relatif à la crise sanitaire, prévoit également que les règles d’encadrement des promotions puissent être assouplies, notamment pour les produits saisonniers.

Besoin de temps

La FNSEA et JA estiment que les assouplissements consentis « fragilisent le dispositif ». Les deux syndicats considèrent que c’est sur la durée que « nous pourrons véritablement percevoir si ce dernier est efficace ». Ils ajoutent que les dérogations possibles à l’encadrement des promotions sur les produits à forte saisonnalité « sont beaucoup trop larges ».

La Fédération nationale des producteurs de lait (FNPL), « totalement en phase » avec la FNSEA et JA, pense qu’une prolongation de trente mois est « absolument nécessaire » pour ancrer définitivement ces mesures dans les pratiques. Une durée qui était proposée dans le texte initialement déposé par le gouvernement, rappellent les syndicats.

M.S.