C’est la douche froide. L’actionnaire majoritaire de Doux, la coopérative Terrena, s’apprête à jeter l’éponge. Il n’est plus « soutenable » pour elle d’encaisser les pertes du volailler, qui s’élevaient à près de 36 millions d’euros en 2016 et 2017. Après une bonne année 2015 a commencé la descente aux enfers. Deux épizooties de grippe aviaire...
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
30%

Vous avez parcouru 30% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !