En France, un tiers des retraités perçoivent une pension brute inférieure à 1 000 € par mois. Il s’agit aux trois quarts de femmes. La revalorisation de ces petites retraites, à hauteur de 85 % du Smic en 2025 (pour une carrière complète), coûterait plus de 2 milliards d’euros par an, selon le rapport remis le 11 mai au secrétaire d’État chargé des Retraites, Laurent Pietraszewski. Plus d’un an après la mission confiée aux députés Lionel Causse et Nicolas Turquois, certaines mesures du « système universel » voulu par Emmanuel Macron et voté au forceps à l’Assemblée nationale, réapparaissent. C’est le cas de « l’objectif de porter les retraites à un seuil d’au moins 85 % du Smic net ». Une promesse qui se concrétisera le 1er novembre pour les anciens chefs d’exploitation. Le rapport propose aussi des dispositions pour les agriculteurs, comme la limite de l’usage du statut de conjoint collaborateur, la réversion ou l’Aspa (1), avec un seuil de récupération sur succession passant de 39 000 à 100 000 €. Si les deux élus doivent présenter leurs conclusions à Matignon, ils ne savent pas ce que veut en faire le gouvernement.

A. Co.

(1) Allocation de solidarité aux per­sonnes âgées.