Après sa condamnation à 35,5 millions d’euros d’amende par l’Autorité de la concurrence dans l’affaire dite du « cartel du jambon », la Cooperl, numéro un français du porc, envisage de fermer plusieurs usines. Une douzaine de sites seraient concernés. « On joue notre survie », a affirmé à l’AFP Emmanuel Commault, directeur général du groupe coopératif, le 20 octobre.