Un rapport public dénonce le mauvais usage de la taxe « forêt » (taxe additionnelle à celle sur le foncier non bâti) par les chambres d’agriculture. Sur les 7,6 millions d’euros conservés par ces dernières, le tiers servirait à financer d’autres frais que ceux liés aux actions forestières. Les auteurs de ce rapport proposent de basculer les équipes de conseillers forestiers des chambres vers « le seul établissement public assurant le développement forestier en forêt privée : le Centre national de la propriété forestière (CNPF). »