«J’ai réuni toutes les associations welfaristes. […] Je leur ai expliqué comment nous allions avancer. Les mesures qui seront prises seront très fortes, et cela a d’ailleurs été accepté par tout le monde », affirme Didier Guillaume, ministre de l’Agriculture, le 30 octobre, sur les ondes de France Inter. Toutefois, le calendrier reste flou. « Novembre ou décembre, on verra ce qu’il se passera avec le Premier ministre et ce qui sera décidé », lâche le ministre, qui déclare « négocier les dates avec les éleveurs ».

Interrogé sur la castration à vif des porcelets, Didier Guillaume avance que « dans les mois qui viennent, tout cela sera terminé. […] Mais cela ne peut pas se faire contre la profession. »

Pour François Valy, président de la Fédération nationale porcine (FNP), « cesser la castration ne peut pas être une solution pour toute la filière porcine. Les pistes envisagées doivent tenir compte de réalités économiques et pratiques. » Selon Agathe Gignoux de l’association welfariste CIWF, « il semble que l’on se dirige plutôt vers une prise en charge de la douleur ».

S’agissant du broyage des poussins mâles, Didier Guillaume confirme l’arrêt de la pratique pour la fin 2021…

Vincent Guyot