« Si l’État et la Pac veulent mettre des sous dans un système assurantiel, qu’ils ne passent pas par les assurances privées », a clamé Nicolas Girod, porte-parole de la Confédération paysanne. Le syndicat a demandé, sur le stand du ministère de l’Agriculture au Sommet de l’élevage, le 3 octobre, « la fin de toutes les subventions publiques aux assurances privées » et la création d’un « fonds mutuel et solidaire ».