Journalistes, politiques, scientifiques… Monsanto aurait secrètement fiché « des centaines de personnalités » en France, en fonction de leur position sur le glyphosate, ont révélé France 2 et Le Monde, le 9 mai. Le parquet de Paris a ouvert une enquête préliminaire après la plainte déposée par le journal. Plusieurs autres médias et des institutions ont annoncé leur intention de se tourner vers la justice.