« Une retenue d’eau change la nature des choses mais est-ce grave docteur ? », s’est demandée Anne-Claire Vial, présidente de la chambre d’agriculture de la Drôme, suite aux résultats de l’expertise scientifique de l’Irstea (1). Selon elle, « on est en train d’ajouter de la complexité aux études d’impact déjà compliquées et coûteuses. Dans un contexte de sanctuarisation de la nature, quel est le seuil d’acceptabilité du changement induit par les retenues ? »

(1) http://expertise-impact-retenues.irstea.fr