«Le nombre de cas [d’influenza aviaire hautement pathogène] dans la faune sauvage ne cesse de croître en Europe », constate le ministère de l’Agriculture, le 6 novembre. En conséquence, le niveau de risque d’introduction du virus par l’avifaune est passé « négligeable » à « élevé » dans quarante-six départements (1) traversés par les couloirs de migration d’oiseaux sauvages. La claustration ou la protection des élevages de volailles par un filet avec réduction des parcours extérieurs y sont désormais obligatoires.

Surveillance clinique

Sont aussi interdits les rassemblements d’oiseaux, la participation des volatiles originaires de ces départements à des rassemblements dans le reste du territoire, les transports et lâchers de gibiers à plumes, l’utilisation d’appelant. Le niveau de risque est qualifié de « modéré » sur le reste du territoire métropolitain, rendant obligatoire, notamment, la surveillance clinique quotidienne des élevages commerciaux.

Le ministère de l’Agriculture rappelle que « la consommation de viande, foie gras et œufs ne présente aucun risque pour l’homme ».

V. Guyot

(1) Voir la liste des départements sur https://www.lafranceagricole.fr