Quantifier les usages de semences VTH (variétés tolérantes aux herbicides), identifier les zones d’usage et leurs premiers impacts : c’est ce à quoi s’attelle l’Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses), qui prévoit de rendre un rapport à l’automne 2017. L’avis de l’Anses fera le point sur l’impact des VTH sur la consommation, sur l’évolution des contaminations liées aux substances actives associées à ces semences et sur l’identification des résistances qui pourraient se développer à la suite de leur utilisation.