Les industriels laitiers privés avaient jusqu’au 1er avril 2017 pour se mettre en règle avec la loi Sapin 2 et envoyer des contrats conformes aux éleveurs qui n’adhèrent pas à une organisation de producteurs (OP). Alors que les courriers commencent à arriver dans les fermes, de nombreux acteurs mettent en garde contre une signature hâtive des contrats individuels. Du côté des OP, la plupart sont encore en négociation ardue avec les laiteries pour aboutir à un accord-cadre.