C’est la hausse de la consommation apparente de viande, d’après une note de conjoncture Agreste publiée le 24 mars 2017.La consommation de viande de boucherie, qui représente 68 % de la consommation de viande, baisse légèrement tandis que celle de volailles de chair progresse de 4 %. Elle est la seule à avoir gagné du terrain en 2016 et atteint son plus haut niveau depuis 1999. Depuis 2011, elle est davantage consommée que le bœuf. Ainsi, les consommations de viande bovine, porcine et ovine reculent respectivement de 0,7, 0,8 et 3,1 %.