Dans une note technique du 15 janvier, le préfet coordonnateur du plan national d’action sur le loup et les activités d’élevage a annoncé la possibilité d’en abattre 110 en 2021. Cela représente 19 % de l’effectif estimé pendant l’hiver 2019-2020 (580 loups), soit le plafond du nombre de spécimens dont la destruction peut être ordonnée. Si le seuil de 17 % est atteint avant la fin de l’année, ne pourront être mis en œuvre que les tirs de défense simple et renforcée, et les tirs de prélèvement dans les zones « difficilement défendables. »