« Dans l'état actuel des choses, les barrages restent en place, il faut que les producteurs soient extrêmement vigilants et fermes pour que nous puissions avoir un accord interprofessionnel de sortie de crise », a déclaré le président de la Fédération nationale bovine (FNB), Pierre Chevalier, le 9 novembre 2010, à l'issue d'une rencontre avec les acteurs de la filière et le ministre de l'Agriculture.

« Nous sommes condamnés à trouver des solutions pour une revalorisation des prix à la production, dans un accord interprofessionnel, sinon les barrages resteront en place », a-t-il ajouté, alors que les éleveurs bloquent des abattoirs depuis le 7 novembre 2010 au soir, dans toute la France.

« Nous prendrons demain (mercredi 10 novembre, NDLR) la décision de lever ou pas les barrages », à l'issue d'une nouvelle rencontre entre les acteurs de l'interprofession de la viande bovine, a affirmé Pierre Chevalier. 

« Nous avons rencontré un ministre extrêmement déterminé et incisif à l'égard de l'ensemble des maillons qui composent l'interprofession de la viande bovine pour trouver une solution de sortie de crise », a-t-il estimé.

par Marine Gramat