Le virage de Zetor
/
  • En 2013, les salles d’exposition et le musée « Zetor Gallery » ont été inaugurés sur le site de l’usine historique, à Brno, dans le sud-est de la République tchèque. La marque veut ainsi donner une image moderne de ses produits et de leur fabrication. Elle y assume aussi son histoire et ses choix.

  • Le showroom présente les derniers modèles développés. En premier lieu, le Major au nouveau design montré au salon Agritechnica 2017.

  • À l’origine, l’usine Zetor s’étendait sur une immense surface : 150 ha. Elle comprenait même un hôpital et une école. 30 000 tracteurs sortaient chaque année et Zetor employait 5 000 salariés. Aujourd’hui, la production est concentrée sur un site de 25 ha. Ce grand hall est destiné à l’assemblage final des tracteurs. Depuis 2016, un nouveau hall réservé à la logistique et au stockage des pièces est attenant. C’était alors le 70e anniversaire de la marque. L’usine produit actuellement de 15 à 20 tracteurs par jour. Sa capacité est de 3 500 tracteurs par an.

  • La production de certaines cabines comme celles des Proxima et des Forterra est confiée à des sous-traitants hongrois. Des investissements sont prévus pour automatiser la ligne de montage et pour robotiser les peintures. Le hall de tests pour moteurs et tracteurs vient, lui, de bénéficier de modernisations.

  • Certains moteurs à 4 cylindres sont montés in situ. Zetor profite qu’une fonderie soit en activité dans la région de Brno pour lui commander les blocs. Zetor fabrique la plupart de ses transmissions, essieux et moteurs. Seuls les ponts des Major sont par exemple fournis par Carraro.

  • L’usine expédie 85 à 90 % de sa production à l’étranger. Il faut dire que la République tchèque est un petit marché. Le site de Brno, qui regroupe siège et usine, emploie 650 personnes. Cent autres salariés sont basés aux États-Unis, au Royaume-Uni, en France, en Allemagne, en Pologne et en Inde.

  • Le service de recherche et développement est sur le même site, derrière ce grand mur peint par des enfants. C’est là que sont étudiées les solutions mécaniques et électroniques pour répondre aux normes stage IV, V et à la Mother Regulation européenne. C’est aussi là que Zetor teste ses combinaisons d’équipements entre 3, 4 et 6 cylindres avec les transmissions et ponts.

  • Une petite piste est attenante à l’usine. Les tracteurs sortis de la ligne de production y sont testés, comme ici un Forterra HSX 140.

  • Avant de produire des tracteurs, le site industriel a fourni des machines à écrire et des armes, ainsi que des voitures. En effet, à l’origine, le site industriel de Zábrdovice produisait des turbines à vapeur, sous licence de la société britannique Parsons. En 1936, la Zbrojovka Brno, une usine de production d’armes, acheta les locaux. Pendant l’entre-deux-guerres, l’usine d’armement produisait également des voitures de tourisme « Z » avec des moteurs à deux temps. Pendant la guerre, il a été rebaptisé Reichswerke Hermann Göring AG, Brno, du nom du conglomérat industriel de l’Allemagne nazie, démantelé ensuite en 1944-1945. Les halls d’usine de Zbrojovka étaient presque à moitié endommagés à la fin de la guerre. La Zbrojovka Brno produisait à la fin de 1945 des machines à peser automatiques, des machines à écrire, des boîtes de vitesses pour tracteurs et des moteurs pour motos ou voitures.

  • Le nom Zetor a été créé par Rostislav Sapák, un membre du département économique, au printemps 1946. Le nom est formé de la syllabe « Zet », issue de l’orthographe de la lettre « Z » dans l’alphabet, la première lettre du nom de la fabrique d’armes « Zbrojovka », et le suffixe «-or » du mot « tracteur », du mot tracteur agricole en tchèque : « ZEmědělský trakTOR ». Le premier prototype du tracteur quitta l’usine Zbrojovka Brno le 14 novembre 1945. Les trois premiers tracteurs furent livrés aux clients le 15 mars 1946, le premier fut étiqueté Z-25. Cinq mois plus tard, la Chambre de commerce tchécoslovaque a émis la marque Zetor. La production en série des tracteurs commença le 17 août 1946, avec le modèle « Zetor Z-25 » présenté ici en photo.

  • Le musée détaille une boîte de vitesses et même la transmission dans son ensemble à la suite du moteur. Les 25 000 visiteurs annuels, scolaires comme clients, amateurs de tracteurs ou touristes, bénéficient d’une description détaillée sur un panneau.

  • En 1952, Zetor déménage à Brno, Líšeň, où les tracteurs sont fabriqués jusqu’à ce jour. Le musée présente un Zetor 50 Super et cette première cabine. Ce 4-cylindres fournissant 50 ch a été produit jusqu’en 1968.

  • Au premier plan, le Z 25 est un deux-cylindres de 25 ch produit entre 1946 et 1961. A sa gauche figure le Zetor 2011 fabriqué entre 1963 et 1967. À la fin des années 1950, Zetor a été l’un des premiers à introduire un concept progressif et unique d’utilisation de pièces unifiées – UR = Unified Range, Gamme Série Unifiée – pour produire des tracteurs dans le monde entier. La série unifiée I (UŘ I.) a été lancée, avec les modèles 2011, 3011 et 4011, qui avaient des moteurs à deux, trois et quatre cylindres. Les tracteurs peints en d’autres couleurs que le rouge étaient destinés à l’exportation.

  • Pièce rare, ce 2023 sur trains de chenilles n’a été fabriqué qu’entre 1964 et 1965.

  • En 1968, la série unifiée II (UŘ II.) a été présentée. Dans les années 1970, le premier tracteur à six cylindres Crystal a été conçu. En 1976, Zetor est devenu le nom de la marque et de la compagnie. La Série Unifiée III apparaît en 1991. Puis Zetor coopère avec Ursus en Pologne et UTB en Roumanie. C’est en Slovaquie dans l’usine ZTS que sont assemblés les Crystal. Mais tout cela cesse en 1993, année de l’indépendance de la Slovaquie et de la République tchèque. Le 1er juillet, la société est privatisée et son nom changé pour Zetor a.s. (société anonyme). De 1993 à 1998, Zetor a également construit des tracteurs pour John Deere qui ont été commercialisés comme John Deere dans certaines parties du monde. Ils ont été impliqués dans les sociétés de tracteurs Agrale du Brésil, Agtor en Australie, HMT en Inde et Iskendiriya en Iran.

  • L’une des voitures produites est présentée en show-room à côté de la gamme de tracteurs actuels. En 1998, la série UR III est modernisée et relancée sous le nom commercial de Forterra. En 2000, Zetor connaît de graves difficultés et le gouvernement vole à son seours. En, 2002, la holding slovaque HTC acquiert 98 % des parts de Zetor. En 2004, la série Proxima remplace la série Super, dernier représentant de l’UR I. Aujourd’hui, Zetor a clarifié son offre avec 6 gammes : Utilix, Hortus, Major, Proxima, Forterra et Crystal.

  • De tout temps, Zetor a été soutenu par de nombreuses personnalités. Plusieurs figurent sur un panneau du musée. Il est ainsi possible d’y voir de gauche vers la droite et de haut en bas Antonín Zápotocký, deuxième président de la Tchécoslovaquie communiste après Klement Gottwald, surnommé le « papa des ouvriers », Antonín Novotný, président de la Tchécoslovaquie communiste de 1957 à 1968, Iouri ou Youri Alexeïevitch Gagarine, premier homme à avoir effectué un vol dans l’espace, Che Gevara, révolutionnaire marxiste et internationaliste argentin, Ludvík Svoboda, militaire et homme d’État tchécoslovaque, Gustáv Husák, président de la République socialiste tchécoslovaque de 1975 à 1989, Valtr Komárek, économiste et un des hommes politiques clés de la Révolution de velours, etc.

Vincent Gobert