Dix contrôles pour un semis de qualité
/
  • 1. Vérifier l'état général. La première des opérations consiste à nettoyer et à graisser légèrement les pièces en mouvement, où la poussière s'inscruste, et les points de pivot. Puis, après avoir inspecté l'état des flexibles hydrauliques, vérifiez le bon fonctionnement des traceurs, ainsi que du système de repliage, ou de la fonction télescopique selon les châssis.

  • 2. Des pneumatiques en bon état. L'usure et la pression des pneumatiques doivent être contrôlées. En effet, si la première est trop prononcée et la seconde trop faible, l'écart entre l'espacement réel entre les graines et celui donné par les abaques du constructeur s'accroît.

  • 3. Chercher le jeu. Levez le semoir et regardez chaque élément depuis l'arrière pour voir si la roue de jauge, le soc, la roulette étroite et la ou les roue(s) de recouvrement sont parfaitement alignés. Dans le même temps, contrôlez le jeu latéral des éléments. S'il est trop important, cela signifie que les bagues d'usure et/ou les roulements sont à changer.

  • 4. Un entraînement fluide. Les chaînes, les pignons, les tendeurs et/ou les cardans doivent être inspectés. Les chaînes seront convenablement tendues et lubrifiées. En faisant tourner à la main une roue du semoir, on ne doit pas remarquer de point dur ou de décalage dans l'entraînement.

  • 5. Des distributions opérationnelles. Le même disque doit toujours être réutilisé avec la même distribution. La taille de ses alvéoles ainsi que le jeu entre disques et boîtiers doivent respecter les tolérances du constructeur. Il faut s'assurer de la planéité des disques et de l'absence de rayures. L'usure des sélecteurs et éjecteurs doit être évaluée en comparant avec une pièce neuve. Sur chaque distribution, une brosse réglable en hauteur doit être positionnée juste à l'entrée de l'alvéole afin de la nettoyer. Ces brosses doivent être changées tous les ans.

  • 6. Un contrôleur sous tension. L'alimentation électrique du contrôleur de semis doit être suffisante et constante. Contrôlez l'oxydation des connexions. Nettoyez correctement les cellules photoélectriques des capteurs avec une brosse. Si une pellicule de produit de traitement des semences s'est déposée sur les cellules photoélectriques, nettoyez-la à l'eau additionnée de détergent. Enfin, faites un test de l'installation en suivant les recommandations du constructeur.

  • 7. Comparer les socs. Tous les socs ne s'usent pas à la même vitesse. Comparez avec un soc neuf conservé pour cet usage. En effet, l'usure d'un soc entraîne la formation d'un fond de sillon large et arrondi, où les graines ont tendance à rouler et par conséquent à être plus irrégulièrement espacées.

  • 8. Des roues plombeuses fonctionnelles. L'état des bandages et des grattoirs des roues plombeuses est à contrôler, ainsi que leur jeu. Pour les roues plombeuses en « V », vérifiez qu'on puisse changer aisément leur écartement, qui doit être adapté au réglage de profondeur.

  • 9. Une boîte de distances sans jeu. La pignonnerie et la chaîne de la boîte de distances doivent être lubrifiées modérément mais quotidiennement. Un contrôle de la tension doit être fait dans le même temps.

  • 10. Un compteur fiable. Le levier de commande du compteur d'hectare est préréglé d'usine. Son orientation ne doit donc pas être modifiée. Lorsque la came de l'axe d'entraînement est au point mort haut, ce levier doit avoir une légère marge d'oscillation.

Démarrer la campagne avec un semoir propre et en bon état est impératif si l'on souhaite obtenir un semis de betterave de qualité. Voici un rappel des principaux points d'entretien et de réglages des semoirs mécaniques à betterave.

Sébastien Chopin

(publié le 12 avril 2013)