John Deere 6215 R à l’essai : le diaporama
/
  • Nous avons testé le 6215 R avec un combiné de préparation du sol avant / arrière de Grégoire-Besson.

  • Ce modèle était équipé de la transmission à variation continue AutoPowr.

  • On mesure le chemin parcouru sur le plan du design lorsque le 6215 R pose entre ses prédécesseurs 6820 et 7530.

  • Notre modèle de test était équipé du nouveau bloc 6 cylindres John Deere de 6,8 litres de cylindrée. Ce moteur est conforme à la norme Tier 4 final.

  • Une partie du traitement des gaz d’échappement est assurée par un DOC (catalyseur d’oxydation) intégré à un filtre à particules.

  • Grande nouveauté chez John Deere : le passage au Tier 4 final impose l’utilisation d’Ad-Blue pour traiter les gaz d’échappement.

  • Notre tracteur était équipé d’un relevage maison totalement intégré et doté de commandes extérieures.

  • La suspension du pont avant est confiée au système TLS, qui soufflera bientôt ses 20 bougies.

  • De son côté, la cabine dispose d’une suspension oléo-pneumatique.

  • Le relevage arrière de catégorie 3 dispose de stabilisateurs automatiques.

  • John Deere a ajouté des manettes de décompression pour retirer les branchements hydrauliques sans difficulté.

  • La cabine a quatre montants est spacieuse et confortable. Toutes les commandes sont regroupées sur l’accoudoir multifonctions.

  • Le tableau de bord regroupe une jauge pour le GNR et l’Ad-Blue ainsi que des cadrans analogiques pour le régime moteur et la vitesse d’avancement.

  • Le terminal tactile de 10 pouces est proposé en option. Il est possible de personnaliser son écran, notamment pour utiliser le guidage.

  • Sous le terminal, ces touches de raccourci permettent d’atteindre directement la page choisie.

  • Le terminal est Isobus. Il est donc possible de piloter directement les outils compatibles avec cette norme.

  • La boîte AutoPowr offre deux plages de travail. La vitesse cible est réglée par la position du levier puis ajustée avec la molette.

  • Ce pavé commande plusieurs fonctions : la butée haute du régime moteur, le superviseur de sur-régime (Eco) et la régulation de vitesse (pédale).

  • Le réglage des commandes auxiliaires du relevage (contrôle d’effort, butée haute et vitesse de descente) s’effectue sur le terminal ou à partir de ces boutons placés sous l’accoudoir.

  • Il est possible d’affecter n’importe quel distributeur et le relevage avant sur le levier en croix et sa gâchette. Cette dernière n’offre pas de position flottante.

  • Les séquences de bout de champ (iTec) et les ponts sont gérés avec ces touches. Une petite pédale est toujours présente pour les fans de l’engagement du blocage de différentiel avec la pointe du pied.

  • Les séquences de bout de champ se programment simplement, à l’arrêt et s’enchaînent en fonction de la distance parcourue.

  • Notre modèle d’essai comportait de nombreuses prises et un crochet automatique.

  • La gestion de l’éclairage se fait directement sur le terminal, avec un écran intuitif et pratique.

H. Etignard, C. Le Gall et P. Peeters