Les photos du Sima 5 (diaporama)
/
  • Les photos du Sima 5 (diaporama) Les photos du Sima 5 (diaporama)

  • Magsi : Des outils pour les valets de ferme. Le constructeur breton d'accessoires pour matériel de manutention propose une large gamme de produits pour les valets de ferme. Cette gamme reprend les spécificités et cinématiques des outils pour chargeurs frontaux, mais sont de tailles plus petites pour s'adapter au gabarit des valets de ferme. Magsi présente également une nouvelle benne à grappin Shark munie d'une pince à dents, et un nouveau godet Betta, permettant le nettoyage, la découpe et la distribution des betteraves fourragêres.

  • MX : Un outil 3 en 1. MX présente de nouveaux Manubal V. Parmi eux, le V 40 allie trois configurations, à savoir pince à balles rondes, carrées et balles rondes enrubannées. La cinématique permet une synchronisation des pinces et apporte une qualité de serrage et d'ouverture des griffes. Des doigts inférieurs flottant assurent une prise en champ aisée ainsi qu'un dégagement facile sans abîmer la balle. Un kit d'enrubannage à installation rapide (une minute) et sans outil transforme le Manubal en appareil spécialisé en manutention de balles enrubannées. MX présente également d'autres modêles de Manubal complétant cette gamme, comme les modêles V 50, W 500 et V 6000. Ce dernier est réservé aux chargeurs télescopiques.

  • TKS : Une pince pour ouvrir les balles enrubannées. Ce constructeur norvégien de matériel pour pommes de terres innove en accessoires de manutention des balles enrubannées et propose le Bale Strip. Cette pince permet de prendre une balle, d'en couper une en deux et de retenir le film, par exemple lors du remplissage d'une distributrice de fourrage.

  • Coup'Eco: un lamier plus efficace. Coup'Eco fournit des lamiers d'élagage à de nombreux constructeurs, parmi lesquels Kuhn, SMA, Noremat et Ferri. L'entreprise de la Charente-Maritime présente un nouveau lamier, exposé au Sima sous les couleurs de Noremat. L'agencement des quatre scies circulaires est curviligne. La coupe débute par le bas de l'outil et finit par le haut, de façon à améliorer la pénétration du lamier dans la végétation. La vitesse de travail s'en trouve accélérée. Le caisson, plus lisse, et le dégagement réduit entre les lames et le carter favorisent aussi le débit de chantier.

  • Yanigav: Le broyeur Jo Beau T 300 au catalogue. Spécialisée dans le bois à bûches, Yanigav se diversifie en distribuant les broyeurs de la marque belge Jo Beau. L'un des modêles, le T 300, existe en version autonome ou animé par prise de force. Il broie des branches jusqu'à 8 cm de diamêtre. Les plaquettes issues du broyage correspondent à la référence BRF (Bois Raméal Fragmenté), dont les caractéristiques sont recherchées en maraîchage, en jardinage… Elles sont de petites dimensions et se dégradent rapidement. Cette qualité de coupe est permise par le passage du bois entre un rotor muni de couteaux et une contre-lame.

  • Claas: Voici les Conspeed Linear. Claas décline son cueilleur à maïs Conspeed en une version baptisée Linear. Elle reprend les principales caractéristiques des Conspeed, mais s'en distingue par une transmission différente et une unité cueilleuse repensée. Cette derniêre possêde deux rouleaux linéaires, contrairement aux rouleaux coniques présents sur les Conspeed classiques. Si les chaînes sont les mêmes, elles ne sont pas chromées sur les Linear. Disponibles en 6 ou 8 rangs, avec un écartement de 75 cm, les Conspeed Linear, moins chers que les Conspeed déjà existants, visent des agriculteurs récoltant jusqu'à 400 ha de maïs.

  • Noremat: Le Valormax déchiquette et récupêre le bois. Le Valormax D56-100 regroupe trois outils en un. Attelé à un tracteur, il ramasse les branches grâce à un grappin piloté depuis une cabine à poste inversé. L'opérateur les dirige dans un broyeur à tambour hacheur, acceptant des sections de 45 cm de diamêtre, voire 56 cm pour le bois tendre. L'ouverture du broyeur mesure 100 cm de largeur. Noremat annonce un rendement de 150 m3/h. Les plaquettes produites sont récupérées dans un caisson de 15 m3. Le Valormax requiert une puissance minimale de 320 ch.

  • Tecnoma: Le Premis, nouvelle entrée de gamme. Comme ses frêres jumeaux distribués par les autres constructeurs du groupe Exel, le Premis est fabriqué dans l'usine Tecnoma d'Epernay. La cuve contient 300, 400, 600 ou 800 litres. Les parois intérieures glacées du réservoir principal limitent les résidus de produits et facilitent le nettoyage. Un réservoir de rinçage et un lave-mains de 15 litres sont intégrés dans la forme de l'outil. Un asperseur Lav'Ton facilite le rinçage de la cuve principale. Les rampes se replient manuellement en X.

  • Kuhn Blanchard: Des porte-buses quadri- jets et penta-jets. Sous leur nouvelle esthétique, les porte-buses de Kuhn Blanchard recêlent une technologie d'injection plastique améliorée. Sur le penta-jets, les longueurs différentes des sorties assurent un bon fonctionnement des buses quelles que soient leurs dimensions. Le réajustement de la hauteur de la tuyauterie n'est plus nécessaire. Les interférences entre la pulvérisation et la structure de la rampe sont évitées. Ces nouveaux porte-buses quadri-jets et penta-jets sont adaptables sur toutes les rampes agricoles de la marque, sauf sur les modêles RHX et celles munies de la circulation continue.

  • Claas: Le Cam Pilot voie en 3D. Le Cam Pilot consiste en une caméra fixée à l'avant du tracteur. Contrairement au Laser Pilot, un systême qui équipe les moissonneuses-batteuses Claas, le Cam Pilot analyse la structure du terrain et les couleurs en trois dimensions. Il détecte les interrangs, les rangs simples ou doubles, les andains et les buttes. Il oriente le tracteur en guidage automatique avec une précision de 3 cm. Les paramêtres du guidage se rêglent à partir du terminal informatique Claas Communicator. Le Cam Pilot peut être transféré d'un tracteur à un autre, à condition que ce dernier soit aussi équipé de la direction hydraulique requise.

  • Claas: Un écran tactile pour le GPS Pilot. Claas propose une nouvelle interface pour gérer le guidage par satellite. L'Outback S3 est un écran tactile qui autorise une navigation intuitive. L'environnement est aussi plus convivial grâce à l'apparition de la couleur. Les guidages en ligne droite, en courbe ou en cercle sont possibles. Un indicateur, inspiré des barres de guidage, prévient de toute déviation de la trajectoire. Un port USB permet le transfert des informations et les mises à jour de logiciel.

  • Dickey John: La gamme Multiguide s'étoffe. Le FieldGuide 150, systême de guidage par DGPS, correspond à une version plus abordable du FieldGuide 200. Il comporte une console de contrôle avec récepteur satellite à fixer en cabine et une antenne DGPS. Les guidages en ligne droite, curviligne et en courbe sont disponibles. Le FieldGuide 150 calcule la superficie des parcelles aprês arpentage. L'appareil aide à la gestion des tronçons durant la pulvérisation. D'aprês la valeur de chevauchement programmée par l'utilisateur, le FieldGuide 150 indique quand actionner les coupures de tronçons.

  • Noremat: Le Jumbo fauche et aspire. Le Jumbo consiste en une remorque aspiratrice reliée à une faucheuse, elle-même attelée à l'avant du tracteur. Une turbine crée une dépression dans un tuyau de 300 mm de diamêtre, branché au groupe faucheur. Les végétaux aspirés atterrissent dans une benne disponible en quatre contenances différentes, de 5,5 à 31 m³. Avec cet outil, Noremat complête sa gamme destinée à l'entretien des voiries et du paysage.

  • Rousseau: Des fléaux à attache rapide. Rousseau propose un nouvel ensemble de fléaux-manilles à montage et démontage rapide. Baptisé Easy Fix, il facilite le remplacement des fléaux par basculement et alignement des formes sur la manille. Selon Rousseau, la conception du systême allonge la durée de vie des paliers du rotor. Le remplacement immédiat et sans outils des fléaux supprime en effet les déséquilibrages du rotor en cas de casse. Les éléments sont en en acier allié à du bore trempé et revenu avec une dureté HRC min43. Les fléaux Easy Fix sont compatibles avec les autres types de manilles de la gamme Rousseau.

  • Landini: Complément de gamme pour la polyculture-élevage. Landini profite du Sima pour présenter le Powervision avec quatre modêles de 74 à 102 chevaux. Ils sont équipés de moteur à 4 cylindres Perkins. Pour la transmission, la gamme se décline en deux versions Techno et Top. La premiêre reçoit un inverseur mécanique et une boîte 12/12 avec trois vitesses powershift, alors que la seconde bénéficie d'un inverseur hydraulique. Quant au relevage, il reste de type mécanique. A terme, cette gamme de tracteurs viendra en remplacement de la gamme Powerfarm.

  • Multione: Un valet de ferme compact. Le constructeur italien de valets de ferme propose deux nouveaux modêles articulés compacts, les SL 835 et SL 840 de 33 et 40 chevaux. Ils reçoivent une transmission hydrostatique entraînant les quatre roues avec une vitesse maximale de 13 km/h. D'une largeur de 1,2 mêtre, ces machines permettent de travailler dans des espaces étroits.

  • Rolland: Des épandeurs de grande capacité. Le constructeur breton Rolland profite du Sima pour présenter le premier modêle d'une future gamme d'épandeurs à fumier de grande capacité. Ce modêle de 25 m3 bénéficie de nouvelles technologies comme une suspension hydractive brevetée, un systême de pesée à capteurs de pression répartis dans les six vérins de suspension des essieux et de la flêche. Un systême de débit proportionnel à l'avancement régule la vitesse de rotation du tapis. Trois systêmes d'épandage sont disponibles, avec une table d'épandage et deux types de hérissons verticaux. En cabine, l'opérateur commande l'épandeur grâce à un nouveau boîtier. Il apporte également des informations telles que la surface épandue, le tonnage…

  • Lamy: Godet malaxeur à béton. Lamy présente un nouveau godet de grande capacité pour malaxer le béton. Il équipe les chargeuses et également les chargeurs télescopiques et frontaux avec des capacités de 2 à 5,3 m3. Ces godets peuvent être équipés d'une télécommande en cabine commandant l'ouverture de la trappe pour le déversement du béton

  • Altec: Un lêve-sacs de grande capacité. Altec propose un lêve-sacs renforcé capable de manipuler 800 kg à 4,30 mêtres ou 1 tonne à 3,40 m. Conçu pour être attelé sur les trois points du tracteur, il fonctionne avec un attelage de catégorie 2. Pour garantir la longévité du matériel, le galet de roulement de la flêche est équipé de bagues d'usure et de graisseurs.

  • Beiser: Un plateau de 16 tonnes. Beiser lance un plateau à tourelle avec une capacité de 16 tonnes. Les deux essieux de 80 mm sont freinés. Par rapport aux modêles précédents, la tourelle a été modifiée avec notamment des éléments plus épais. La plaque arriêre est en un seul morceau avec la rampe lumineuse incorporée pour une meilleure protection. Le plateau est muni en série d'une barre anticyclistes.

  • Dimag: Plus de puissance avec l'Optipower. Dimag commercialise le procédé Optipower qui ajoute une puissance supplémentaire de 15% aux moteurs de tracteur. Le systême se présente comme une carte à puce et s'intêgre sur les moteurs équipés de pompes d'injection et de common-rail Bosch ainsi que sur les common-rails Perkins et Denso.

  • Hydrokit: Un kit de distribution pour chargeur frontal. Afin de résoudre le problême des circuits hydrauliques à haute pression des nouveaux tracteurs, Hydrokit propose un kit pour basse pression. L'idée de cet équipement est de permettre l'utilisation d'un chargeur de plus de trois ans avec un tracteur neuf doté d'un circuit load-sensing.

  • Foton: Jusqu'à 90 ch. Le constructeur chinois élargit sa gamme avec des modêles qui couvrent maintenant des puissances de 25 à 90 ch. Le FT 904 de 90 ch est équipé d'une cabine climatisée de série et d'une transmission Dana. La motorisation est confiée à un Perkins de 3,9 litres.

  • La Buvette: Un abreuvoir antigel. La Buvette élargit sa gamme d'abreuvoir avec un modêle de grande capacité et antigel. Une résistance électrique est placée au fond du bassin et réchauffe l'eau dês que la température descend sous les 4°C.

  • Perard: Un godet polyvalent. Plus connu pour ses applications dans le domaine des grandes cultures, Perard s'attaque au matériel d'élevage avec un godet désileur et distributeur polyvalent capable de traiter aussi bien l'herbe que le maïs ensilage. Une bavette hélicoïdale en plastique placée sur le côté permet de distribuer proprement la ration dans l'auge.

  • Walterscheid: Atteler sans les mains. Walterscheid propose une systême d'attelage de la prise de force sans mettre les mains dans la graisse grâce à une adaptation montée sur le tracteur. Le couplage se fait automatiquement en approchant la partie mâle de la prise de force du bloc femelle situé sur le tracteur. La transmission de la puissance se fait au moyen de crabots.

  • Monosem: Le NG plus 4 en 7 rangs. Monosem complête sa série NG plus 4 avec un modêle à 7 rangs. Cette déclinaison permet l'utilisation d'un tracteur à voie large (de 1,80 à 2,10 mêtres), ce qui est impossible avec un six-rangs. Ainsi, le tracteur enjambe l'équivalent de trois rangs au lieu de deux habituellement. Les éléments sont disposés sur un châssis double télescopique permettant de ramener la largeur de transport à 3 m ou 3,20 m selon les équipements.

  • Caruelle: Une cuve sans tuyau sur le Nymphéo. Caruelle présente au Sima son nouvel automoteur Nymphéo. La cuve de 3.200 ou 4.200 litres ne possêde aucune tuyauterie interne, ce qui permet un meilleur nettoyage. Le Nymphéo peut recevoir des rampes d'une largeur allant de 24 à 38 mêtres. La mise en oeuvre de la pulvérisation se fait par le boîtier Selector Plus, qui intêgre un arrêt automatique du remplissage et une dilution séquentielle des fonds de cuve. Du côté mécanique, on retrouve un moteur Deutz à 6 cylindres de 180 ch associé à une transmission hydrostatique à mode de conduite Automotive.

  • Horsch: Le Pronto associé au Tiger. Horsh propose d'associer son semoir Pronto avec son déchaumeur semi-porté Tiger. Un attelage deux points placé à l'arriêre de ce dernier permet d'installer le Pronto TD. Ce semoir bénéficie d'une trémie de 2.000 litres et d'une distribution à rotors interchangeable selon le type de graines à implanter. Le Tiger intêgre un rouleau à pneumatiques. Derriêre chacun, on retrouve deux éléments semeurs Turbodisc avec roue plombeuse et herse de recouvrement.

  • Franquet: De la polyvalence avec le Cultigerm. Franquet mise sur la polyvalence avec son nouveau Cultigerm. En effet, celui-ci a été conçu pour pouvoir aussi bien réaliser un déchaumage ou une reprise de labour. Le châssis supporte à l'avant une lame niveleuse qui est suivie par 4 rangées de dents 70 x 12. Un tube se charge ensuite de niveler l'horizon avant que le travail ne soit finalisé par un double rouleau de diamêtre 400 mm et 310 mm. Le Cultigerm est proposé en 4, 5 ou 6 mêtres. Il peut recevoir un réglage hydraulique de la lame de nivellement mais aussi un rouleau-barre ou des herses-peignes en lieu et place du double rouleau.

  • Vervaet: L'Hydro-Trike emporte de grandes capacités. Le constructeur hollandais Vervaet propose à son catalogue un porte-outils pour porter de fortes charges. Disponible en trois ou cinq roues, il dispose d'un moteur Daf de 380 ch et d'une transmission hydromécanique avec répartition avant-arriêre de la traction réglable. Dans un souci de préservation des sols, on retrouve un systême de télégonflage et un essieu coulissant sur la version à cinq roues pour n'avoir qu'une roue par empreinte au sol.

  • Lemken: Le Karat en 3,50 m. Lemken propose désormais son déchaumeur à dents Karat en version en 3,50 m pour permettre un déplacement sur route sans escorte. Cette arrivée au catalogue s'accompagne de quelques modifications sur la gamme. Ainsi sur les versions fixes, la rangée de disques et le rouleau sont désormais reliés au châssis par un parallélogramme. Le contrôle de la profondeur est centralisé pour plus de simplicité. Enfin, le Karat peut être équipé d'un dispositif de changement rapide des socs sans outil.

  • Vogel et Noot: La Plus XM en classe moyenne. Le constructeur autrichien propose une nouvelle gamme de charrue portée pour les tracteurs de plus de 140 ch. La © plus XM se destine à une utilisation dans tout type de sol. Pour cela, la charrue dispose d'une nouvelle sécurité non-stop hydraulique. Proposée de 3 à 5 corps, la © Plus XM possêde à son catalogue cinq entre-corps différents (85, 90, 95, 100 ou 105 cm). Elle existe également avec un dispositif de largeur de travail variable.

  • Pasquali: L'EOS voit triple. L'EOS est la nouvelle série spécialisée de Pasquali. Composée de deux modêles, elle reçoit un moteur VM à 3 cylindres de 2,23 litres répondant aux normes Tier 3. De puissances respectives de 49 et 56 ch, les 6.55 et 6.65 sont déclinés en trois versions. On retrouve ainsi une version à arceau et à deux roues directrices et une autre, toujours à arceau mais à châssis articulé. Une derniêre version dispose, quant à elle, d'une cabine avec poste de conduite inversé.

  • Goldoni: Le Quasar en cabine surbaissé.. Goldoni propose désormais son Quasar 90 en cabine surbaissée. Configuré de cette façon, ce tracteur de 82 ch est particuliêrement adapté au travail dans les vergers. De série, le Quasar dispose d'une transmission à 40 rapports. Il dispose également d'un relevage arriêre de 2,4 tonnes et d'un circuit hydraulique de 43 l/min pouvant comporter jusqu'à trois distributeurs. Si besoin est, un équipement complet avec relevage et prise de force est disponible pour l'avant.

  • Irrifrance: Le 1050 VPS se pose au sol. Irrifrance propose sur son enrouleur un systême le posant au sol pour le mettre en position de travail. Ce dispositif permet à des enrouleurs de grandes dimensions d'être beaucoup plus compacts. La rotation sur 360° par exemple se fait sur un périmêtre réduit. Le relevage des roues se fait par commande indépendante droite et gauche. L'ensemble des fonctions hydrauliques est assurée par la centrale du tracteur reliée à l'enrouleur par deux flexibles de 12 mêtres.

  • Chesneau Irrigation: Une rampe d'irrigation solaire. Chesneau Irrigation propose un systême de pilotage de sa rampe autonome en énergie. Pour cela, un panneau photovoltaïque est placé sur le mât central. Il permet de capter l'énergie solaire pour la transformer en électricité stockée dans une batterie. Cette derniêre alimente ensuite un moteur électrique faisant tourner la centrale hydraulique nécessaire à la mise en oeuvre de la rampe.

  • Otech: Un pivot qui carbure à l'eau. La société Otech présente un pivot fonctionnant en complête autonomie. En effet, celui-ci utilise la force de l'eau pour se mouvoir, générant des économies en électricité. Le pivot capte une partie de la puissance hydraulique grâce à une turbine qui transmet son mouvement de rotation aux roues de l'appareil.

  • Dewulf: La R 4060 se joue des conditions. La R 4060 est une arracheuse de pommes de terre automotrice. Déjà présente sur le marché, elle évolue en proposant désormais un systême de nettoyage modulable. Un tiroir placé à l'arriêre de la machine permet ainsi d'échanger les rouleaux axiaux par un autre module plus adapté aux conditions sêches.