Carré Prairial
/
  • 1. La herse Prairial de Carré réalise un travail à la hauteur de sa sophistication. Revers de la médaille, le poids important de la « bête » oblige à travailler en terrain bien sec.

  • 2. Orientation. L'agressivité de couteaux se règle en modifiant la longueur de ce tirant.

  • 3. Hauteur. La manivelle placée au-dessus de la roue sert à ajuster la profondeur de travail des rabots.

  • 4. Stabilité. Les deux béquilles avant et la béquille arrière stabilisent la machine remisée.

  • 5. Verrouillage. Le verrouillage de sécurité pour le transport est entièrement manuel avec la bride rouge que le chauffeur vient placer pour relier les deux demi-châssis. Ce système impose de descendre de la cabine et le chauffeur risque d'égarer la bride au fil des campagnes.

  • 6. Scarification. Travaillant tous les 10 cm, les dents éliminent une grande partie des herbes sèches et de la mousse.

  • 7. Scarification. Travaillant tous les 10 cm, les dents éliminent une grande partie des herbes sèches et de la mousse.

  • 8. Couteaux. Les lames sont réversibles, ce qui diminue le coût d'entretien du Prairial. Elles aérent le sol en créant des sillons larges.

Le constructeur vendéen Carré décline sa Prairial en quatre versions : 2,5 et 3 mètres à châssis fixe, 4,5 et 6 mètres avec un repliage hydraulique. Nous avons testé la version de 4,5 m équipée d'un semoir à petites graines Semloc.

Sébastien Chopin, Henri étignard, Corinne Le Gall et Nicolas Levillain