Vicon Compactiller
/
  • 1. Dans notre essai, le Vicon Compactiller diffère du Kverneland Qualidisc par son rouleau sillonneur Rimpacker.

  • 2. Le Vicon est équipé d'une clé pour l'entretien.

  • 3. Réglages 1 – Le réglage de la profondeur de travail est assuré par quatre vérins hydrauliques. La profondeur varie de 2 à 15 cm. On peut regretter qu'il n'y ait pas d'indicateur pour repérer le réglage. Un jeu de cales pivotables ajuste la profondeur. Elles restent fixées au bâti. Il n'y a donc pas de risque de perdre les cales et de se pincer les doigts.

  • 4. Réglages 2 – Le Compactiller dispose d'un correcteur de rattrapage d'usure des disques. La manipulation prend au minimum une demi-heure. Le décalage de la première rangée de disques se fait à l'aide d'un filetage et d'un contre-écrou.

  • 5. Sécurité – Le repliage est verrouillé par un crochet hydraulique. Un ressort le débloque au dépliage.

  • 6. Le rouleau du Compactiller pèse 260 kg de moins que celui du Qualidisc. Il est composé d'anneaux en cornières respectant un écart de 12,5 cm.

  • 7. La tête d'attelage offre deux positions en chape pour les bras de relevage de catégorie 3. Trois trous, dont une lumière, sont disponibles pour le troisième point.

  • 8. Les disques de 565 mm à petites crénelures ont un profil conique. Leur angle d'entrure est de 17°. L'amortissement des chocs est assuré par une sécurité élastomère sur chaque étançon.

  • 9. Émiettement – Une herse peigne, proposée en option, est placée derrière la seconde rangée de disques. Elle casse le flux de terre et émiette les mottes avant le rouleau.

  • 10. Des déflecteurs retiennent les projections de terre. Ils sont montés sur parallélogramme et se règlent manuellement en hauteur.

Dans notre essai, le Vicon Compactiller diffère du Kverneland Qualidisc par son rouleau sillonneur Rimpacker.

Nicolas Levillain