Le constructeur de machines agricoles Bednar, spécialisé dans les outils de travail du sol, de semis, de fertilisation et de broyage, fait face à une rapide évolution de la demande. Entre 2013 et aujourd’hui, son usine et sa stratégie de fabrication ont bien évolué. Il y a encore cinq ans, Bednar avait encore quelques postes à souder et quelques presses. Mais depuis, tout est sous traité. Tous les plans sont envoyés aux quelque 400 sous-traitants, qui fabriquent tous les châssis noirs.

L’entreprise travaille sur deux sites : le premier est à Prague (République tchèque), et ne compte que des bureaux d’études. Une centaine de personnes y développe les plans qui seront envoyés à l’usine. Cette dernière se situe à l’est du pays et embauche quelque 200 personnes. Damien Digar, responsable commercial pour Bednar France, nous en a ouvert les portes.

Hélène ChaligneJournaliste web