« La mise en oeuvre de la loi sur les certificats d'obtention végétale (COV) adoptée en décembre 2011 attend ses décrets d'application qui devraient traiter entre autres questions de celle du financement de la recherche par les semences de ferme. C'est un sujet ancien qui a fait polémique, mais avec cette loi nous disposons du cadre législatif qui devrait permettre une solution positive pour tous les acteurs et en particulier les obtenteurs », indique François Desprez, président de l'Union française des semenciers (UFS). En 2013, l'UFS sera également attentive à l'évolution du projet de loi-cadre sur les semences européennes pour les prochaines décennies dont une première version satisfait ses adhérents. Elle suivra tout autant de près l'avis de l'Anses sur les traitements de semences (néonicotinoïdes), avec les décisions ministérielles qui en découleront, et espère une relance du débat sur la présence fortuite d'OGM dans les semences conventionnelles au niveau européen.

  

Interview : Céline Fricotté

Image et son : Marine Gramat

Lire également :