Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
100%

Vous avez parcouru 100% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !
Les nouveautés high-tech de la semaine
/
  • Gourdon connecte au smartphone un outil inattendu. En effet, les données de votre remorque sont désormais consultables sur une application mobile. Elles sont collectées par un boîtier calculateur Ebs de Wabco et envoyées à votre smartphone via un réseau wifi. Ce boîtier est posé sur le châssis des remorques à freinage pneumatique uniquement. Avec cette technologie, Gourdon installe des automatismes anti-basculement, de freinage en cas d’obstacle en marche arrière ou de relevage d’un essieu en fonction de la charge. Mais ce n’est pas tout, les informations sur la pression des pneumatiques, la hauteur de la caisse, la charge par essieux mais aussi la pesée embarquée sont consultables directement sur mobile ou tablette à condition d’être assez près de la remorque pour atteindre le réseau wifi.

  • La gamme de distributeurs d’engrais Kverneland GeoSpread, qui avait fait sensation avec sa coupure de sections sur deux mètres, revient sur le devant de la scène. Il est désormais possible de faire de la coupure de sections à 1 mètre, à condition d’être équipé d’une console capable de gérer suffisamment de tronçons. Mais la modulation ne se limitera plus à une seule dose variant pour la largeur complète de l’appareil. En effet, ce dernier a la capacité d’épandre deux doses différentes simultanément entre les côtés droit et gauche. Pour définir les doses qu’il devra envoyer à gauche ou à droite, en fonction de la position de l’outil dans le champ, il prend en compte jusqu’à 8 points de la carte de préconisation sur sa largeur d’épandage. Pour chaque côté, il fait la moyenne de ses points puis épand la dose préconisée. L’objectif est de rentabiliser au maximum les cartes de préconisation.

  • Teejet dévoile une buse à débit variable destinée à l’engrais liquide. C’est-à-dire qu’il est possible de travailler avec une même buse sur une plage de débits plus grande. Une membrane percée prenant place à l’intérieur de la buse se déforme pour faire varier la taille de son perçage et ainsi laisser passer plus ou moins de liquide. Concrètement, trois des buses SJ7VR suffisent à couvrir la plage de débits qui était jusqu’à aujourd’hui couverte par neuf modèles de buses. De quoi libérer de la place sur les porte-buses.

  • Petite surprise au détour d’une allée du hall 7 au Sima : Dangreville propose désormais une tonne à lisier « maison ». Disponible en version orange sous la marque Dangreville et verte pour Deguillaume, la tonne à lisier Slurry-One est entièrement construite par l’entreprise de la Somme. Quatre volumes, de 18 000 à 24 000 litres, sont proposés. La cuve est montée sur des essieux tandem à bielles. À l’intérieur de la cuve, une cloison de report de charge permet de garder une partie de liquide contenu dans la tonne pendant l’épandage afin d’optimiser l’adhérence du tracteur. La présence de la cloison limite aussi le roulis sur la route. Pour le pompage du lisier, Dangreville propose diverses solutions dont la tourelle ou le bras classique pour les cônes. Du côté de l’enfouisseur, le constructeur français collabore avec Vogelsang et offre diverses options, du pendillard jusqu’à l’enfouisseur à disques.