Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
100%

Vous avez parcouru 100% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !
Les nouveautés high-tech de la semaine
/
  • Le semoir de semis direct Phénix complète la gamme de semoirs à dents de Guilbart. Les éléments de semis sont des monobras à sécurité mécanique. Le placement de la graine est assuré par un disque lisse de 450 mm contrôlé par une bande de caoutchouc. Une roue en fonte à appui latéral se charge de refermer le rang. La trémie est une Sulky Tramline à ergots de 750 litres de capacité. D’autres trémies sont disponibles en option. Conçu pour le semis direct sous couvert, le Phénix est équipé d’un rouleau Faca à lames hélicoïdales en Hardox. Son terrage est hydraulique. Le Phénix existe pour le moment en version de 3 mètres et une version de 4 mètres doit être développée prochainement. Un modèle de 6 mètres est à l’étude.

  • Jeulin étoffe son offre d’autochargeuses avec la Palès 300 XL. Ce modèle est un hybride entre la Palès 300 et la Palès 500. Conçue sur la base d’une Palès 300 avec porte latérale, la nouvelle autochargeuse bénéficie du caisson arrière de la Palès 500 avec trois démêleurs à entraînement hydraulique et un tapis de distribution de 800 mm de largeur. La hauteur des flancs a été augmentée afin d’atteindre une capacité de chargement de 29 m³. La flèche basse est proposée en standard.

  • DeLaval lance son premier automate pousseur d’alimentation, l’OptiDuo. Celui-ci est capable, en plus de repousser l’aliment sur 75 cm vers les auges, de le remélanger. En effet, on sait que les vaches aiment trier leur ration. C’est pourquoi l’OptiDuo est équipé d’une double vis sans fin qui remélange la ration en la poussant. Il dispose aussi d’un réservoir de 90 litres pouvant accueillir des granulés ou des compléments, pour les distribuer au moment de la repousse. Équipé de deux roues motrices et une roue porteuse, l’appareil peut franchir les pentes. Pour boucler son circuit, il suivra une ligne à induction implantée au préalable dans le sol. La pose de la ligne déterminera le parcours qui sera effectué par l’outil. Celui-ci peut plus ou moins s’éloigner de la ligne en fonction de la densité de la matière qu’il doit pousser. Il est également possible de compléter le parcours en ajoutant des transpondeurs qui donnent un ordre supplémentaire au pousseur lorsqu’il passe devant comme : prendre plus large, plus proche, arrêter ou allumer la distribution de complément. Tout est pilotable depuis la télécommande positionnée sur l’engin.

  • Le constructeur allemand, spécialisé dans le rouleau à empreinte de patte de mouton, étoffe son catalogue avec le rouleau traîné Mayor. En plus des versions de 6,40 et 7,70 m dévoilées au dernier Agritechnica, Güttler propose maintenant un modèle de 8,20 m. Les éléments en étoile du Mayor sont alignés sur un seul axe, ce qui permet de tourner en bout de champ sans lever le rouleau. Le Mayor peut être utilisé aussi bien pour retaper les prairies qu’en grandes cultures. Ce rouleau est évolutif puisque les machines déjà en parc peuvent être élargies grâce à la conception modulaire. Le Mayor peut recevoir deux équipements optionnels. Le premier est une barre niveleuse en trois sections conçues pour rouler les chaumes de maïs, détruire les engrais verts et niveler les prairies en sortie d’hiver. Le second est le RipperBoard Quattro, une barre niveleuse montée sur dents vibrantes et recommandée pour la préparation du lit de semences.