L’ensileuse alimente la presse en continu
/
  • L’ensileuse New Holland FR 500 projette la matière dans le cône monté sur la Claas Quadrant 3300.

  • Edgar Gerbaud (à gauche) et son associé, Mathieu Merceron (à droite) et leur salarié, Emerique Gille, assurent le chantier de récolte, avec un deuxième tracteur équipé d’un chargeur frontal pour ramasser et charger les balles.

  • Le cône est fixé sur la presse, au centre du timon en forme de « V » de la Quadrant. Cela est rendu possible également grâce à la position reculée du volant d’inertie. Le cône en tôle est fabriqué par un forgeron.

  • C’est un entrepreneur du Morbihan, l’ETA OPR, qui a conseillé les entrepreneurs pour l’installation du cône.

  • La goulotte de l’enliseuse projette la matière dans l’entonnoir. Elle tombe par gravité directement au niveau de l’ameneur rotatif de la presse.

  • Les entrepreneurs ont ajouté une tôle qui enveloppe le pick-up de manière à éviter les pertes.

  • La distance entre la tuyère et le fond du cône est courte. La récolte arrive à grande vitesse sur le pick-up et l’ameneur. Le miscanthus coupé en brins de 40 mm alimente de manière homogène la chambre de précompression.

  • L’ensileuse est équipée d’un bec Kemper de 8 rangs, soit une largeur de travail de 6 m. Seule modification sur l’ensileuse, les entrepreneurs ont démonté un couteau sur deux du rotor hacheur, soit 2 x 6 au lieu de 2 x 12 couteaux.

  • Après plusieurs essais, la meilleure solution est de conserver 2 x 4 couteaux et d’utiliser l’éclateur pour défibrer la plante. Les bottes se tiennent encore mieux. Le miscanthus a un pouvoir absorbant qui est 30 fois supérieur à de la paille broyée.

  • La Quadrant 3300 confectionne des balles en 120 x 90. Pour la récolte du miscanthus, les balles ont une longueur de 2,10 m. Les balles atteignent un poids de 600 kg, soit une densité de 265 kg/m3..

  • L’ensileuse et la presse attelée à un Fendt 824, évoluent à une vitesse de 8 km/h avec les 2 x 6 couteaux (rotor de l’ensileuse). Avec les 8 couteaux et l’éclateur, la vitesse d’avancement du chantier chute à 5,5 km/h.

  • Pour détourer la parcelle, une bâche canalise la matière dans le cône.

  • Les couteaux de l’ameneur rotatif de la presse sont évidemment escamotés et démontés.

  • Quant à l’arbre à cardans de l’entraînement principal et le limiteur de couple, ils sont traversés par le flux de matière dans le cône. Normalement, une tôle les protège, mais elle limite l’alimentation de la presse selon les entrepreneurs.

  • Aucune modification n’est apportée au bec Kemper de huit rangs à grandes toupies. Selon les entrepreneurs, les grandes toupies sont bien adaptées au miscanthus.

  • Le miscanthus est semé avec un écartement de 80 ou 100 cm. Sur cette parcelle de deux ans, le rendement était de 6 tonnes à l’hectare. L’agriculteur et propriétaire de la parcelle estiment doubler le rendement à la prochaine récolte.