Reçue par le conseiller à l’agriculture du Premier ministre, la Fédération nationale ovine accompagnée de Jeunes Agriculteurs et de la FNSEA sont ressortis très en colère. Accompagnés de cinq très jeunes agneaux orphelins de brebis tuées par le loup, ils n’ont pas obtenu de réponse positive.

« On nous a présenté le même discours, a expliqué Christiane Lambert. C’est inacceptable. Nous allons demander un entretien avec le conseiller agricole d’Emmanuel Macron. »

« Un plan en décalage total avec les réalités du terrain »

Le temps presse. L’annonce du prochain plan loup est prévue pour le 12 décembre 2017. Les syndicats ont indiqué qu’ils seraient accompagnés des élus de l’Usapr (Union pour la sauvegarde des activités pastorales et rurales) pour présenter leurs revendications auprès du conseiller du président de la République.

Les élus sont eux aussi particulièrement inquiets quant à la teneur de la prochaine proposition de plan. Ils avaient rencontré plus tôt hier (le 5 décembre) les conseillers du ministre de l’Agriculture sur le sujet. « Ils ont semblé partager notre point de vue, mais ont peu de marges de manœuvre. Ils doivent faire des compromis avec le ministère de l’Écologie, souligne Pierre-Yves Bonnivard, président de l’Usapr. La proposition va être en décalage total avec les réalités du terrain. »

Marie-France Malterre