« Le bilan de l'accord interfilières du 3 mai est nul car rien n'a été fait », indique Jean-Michel Serres, président de la FNP (Fédération nationale porcine).

« Cet accord ne vit pas sur le terrain. Seules deux coopératives aquitaines ont fait quelques propositions sur le prix du maïs. C'est pour nous un très grand regret car nous voyions, dans cet accord, une opportunité de lisser le prix d'une partie de notre approvisionnement en aliments du bétail. Même dans les coopératives présentes sur les trois métiers (collecte, alimentation animale, élevage de porcs), nous constatons une incapacité notoire à sortir des habitudes », ajoute-t-il.

En fait, cet accord souffre de deux carences : le ministre ne le fait pas vivre politiquement ; la FICT (industrie charcutière) ne s'y est toujours pas associée, ajoute Jean-Michel Serres.

Interview : Eric Roussel. – Images et son : Marine Gramat

Lire également :