De la culture du service après-vente à la construction
/
  • L’entreprise Noremat fondée en 1981 par Jacques Bachmann a commencé par le service après-vente des machines. Derrière Noremat, il faut d’ailleurs comprendre NOuvelle REntabilité du MATériel. Au fil des années et souhaitant répondre davantage à la demande des clients, Noremat a développé sa propre gamme de machines. Ici, de nombreuses épareuses terminées attendent leur livraison

  • La société située à Ludres, dans la Meurthe-et-Moselle, a connu de nombreux agrandissements au cours des années. Toute la conception et le développement des produits sont réalisés en interne. Cependant, pour la fabrication, toute la partie relative à la mécano-soudure et à la peinture est sous-traitée.

  • Les pièces arrivent à l’usine déjà peintes. Elles sont regroupées sous forme de kit, prêt pour l’assemblage.

  • Sur la chaîne de montage, les différentes pièces sont assemblées. Par-dessus vient se greffer tout le circuit hydraulique et électrique de la machine.

  • Une fois terminées, les machines passent sur un banc d’essai pour subir une première mise en route. Plusieurs heures sont nécessaires pour s’assurer que les différentes fonctions de la machine fonctionnent parfaitement.

  • Les différentes têtes de broyage sont montées un peu plus loin, avant de rejoindre la chaîne.

  • Tous les rotors passent par une équilibreuse avant d’être montés. Elle permet d’ajuster au mieux le rotor à sa vitesse de travail.

  • Au début des années 2010, Noremat va plus loin en développant un automoteur totalement pensé pour les travaux d’accotement : le VSV (véhicule service viabilité). (photo Noremat)

  • Encore une fois, tout le développement revient à Noremat. Cependant, une grande partie de la machine est sous-traitée (châssis cabine, bloc-moteur transmission…). Dans les locaux lorrains, le VSV reçoit ses carénages, ainsi que les différents équipements de travail.

  • En complément du VSV, Noremat a développé en partenariat avec l’autrichien Lindner le Lintrac by Noremat. Ce tracteur équipé de quatre roues directrices a été revu pour s’adapter aux travaux d’accotement. Le joystick de l’épareuse est par exemple intégré dans l’accoudoir du tracteur. (photo Noremat)

  • En parallèle de sa production de machines neuves, Noremat rénove du matériel d’occasion. Les machines sont totalement déconstruites pour leur garantir une seconde vie.

  • En plus de la gamme de matériel d’accotement, Noremat a intégré une gamme de broyeurs pour végétaux, regroupés au sein du département de la valorisation. Elle est le fruit d’un partenariat avec le spécialiste Jenz. Les machines sont construites en Allemagne, avec les couleurs Noremat pour la France.

  • « Travailler au bord des routes est un métier stressant. Nous essayons de diminuer au maximum cette tension avec nos matériels », nous confie Guillaume Laurent, directeur du marketing.