« On a eu des cours de céréales à peu près stables, avec des variations moins conséquentes que l'année passée sur la période janvier-mai (2012), mais les cours s'emballent. Les prix de la nouvelle récolte commencent à progresser fortement sous l'influence de la sécheresse principalement aux USA », a expliqué Anne-Laure Paumier, responsable des marchés chez Coop de France métiers du grain, le 5 juillet. Le potentiel de rendement de cette production risque en effet d'être amputé, a-t-elle précisé. « Le maïs est la marchandise qui manque le plus, avec un impact sur les marchés... »

Interview : Fabien Vandewalle – Images et son : Bruno Vitasse

 

Lire également :