Depuis quelques années l'usage des drones se démocratise dans de nombreux secteurs, et celui de l'agriculture ne fait pas exception. L'intérêt du drone ne se résume pas à un simple « tour de plaine », car couplé à la télédétection, il permet d'obtenir des indicateurs agronomiques comme la quantité de biomasse sur toute la parcelle et sans mesures destructives. Avec, à la clef, la possibilité de réguler ses apports azotés.

La jeune entreprise Airinov a lancé un service fournissant des cartes de préconisation azote sur colza et blé. Les drones sont déployés sur les parcelles et le couvert végétal est pris en photo grâce à un capteur conçu en partenariat avec l'Inra.

Adèle Magnard