À la ferme de Castelbon, qui s’étend sur 500 hectares, la famille Pujos élève canards et poulets depuis près de quarante ans. Située à Belloc-Saint-Clamens dans le Gers, l’exploitation a été rattrapée le 31 décembre par le virus H5N8 de la grippe aviaire.

Déjà, à la fin de 2015, l’apparition d’une autre souche, H5N1, avait contraint Sébastien Pujos et son père Jean-Pierre à laisser les bâtiments vides le temps d’un vide sanitaire imposés par le ministère de l’Agriculture.

Aujourd’hui, une partie des aides tarde toujours à venir. Surtout, la famille ne comprend toujours pas comment, alors que l’exploitation est en circuit fermé, le virus s’est introduit chez elle. Pour Jean-Pierre Pujos, la solution pour protéger ses canards de l’épizootie serait de les faire vacciner.

Hélène ChaligneJournaliste – Service web