En 2012, Laurent Piercon, polyculteur-éleveur allaitant dans la Meurthe-et-Moselle, intègre le groupe des fermes Dephy de son département pour essayer de réduire son IFT (indice de fréquence de traitement). Cinq ans plus tard, il a fait évoluer sa rotation et réussi à réduire ses traitements.
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
22%

Vous avez parcouru 22% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !

En 2012, Laurent Piercon, polyculteur-éleveur allaitant dans la Meurthe-et-Moselle, intègre le groupe des fermes Dephy de son département pour essayer de réduire son IFT (indice de fréquence de traitement). Cinq ans plus tard, il a fait évoluer sa rotation et réussi à réduire ses traitements.

Introduire du soja dans la rotation

Le principal levier d’action a été l’introduction des cultures de printemps pour sortir du modèle colza-blé-orge d’hiver. Laurent Piercon a augmenté la proportion d’orge de printemps dans la rotation. Il a également introduit progressivement le soja dans son système. Ces cultures de printemps ont permis de lutter plus facilement contre le vulpin et de diminuer les traitements herbicides dans le blé.

Mélanger élevage et culture

Laurent Piercon a également joué sur la répartition de ces parcelles. Avant 2012, une partie de l’exploitation était réservée aux cultures de vente, et une autre aux prairies et au maïs ensilage. Il a aujourd’hui revu cette implantation. Ce changement lui permet de mettre du maïs sur des parcelles où il n’y en a jamais eu pour réduire les résistances. Il a ainsi pu réduire ses traitements herbicides sur maïs. Les prairies ont également évolué dans la rotation. Elles viennent maintenant sur les parcelles difficiles où l’agriculteur n’arrive plus à lutter contre le vulpin.

Sébastien André anime le réseau des fermes Dephy dans la Meurthe-et-Moselle. Pour lui, il faut d’abord sortir du système colza-blé-orge. La réduction de l’IFT est une suite logique au changement de rotation.

Deux rotations triennales avec une double rupture

Le conseiller de la chambre d’agriculture prône une double rupture avec des cultures de printemps au milieu de deux rotations triennales. Le modèle pourrait donner par exemple : colza-blé-orge de printemps-tournesol-blé-colza.

Tanguy DhelinJournaliste web