Deutz-Fahr Agrotron 6205 RCShift
/
  • La gamme Agrotron série 6 compte six modèles de 155 à 215 ch, avec un choix de trois transmissions (semi-powershift, TTV et RCShift). Nous avons testé le 6205 avec la transmission robotisée RCShift fournie par le spécialiste ZF

  • La RCShift compte 30 rapports avant et 15 arrière, répartis sur cinq gammes de 1 à 5 et six powershift de A à F.

  • Le constructeur belge Joskin nous a mis à disposition une benne TP KTP Trans 22/50. Nous avons chargé des gravats sur la ferme et 22 tonnes de graviers type 0/80 à la carrière. L’ensemble sur la bascule pèse 38 t, soit plus de 8 t pour le tracteur et 7,5 tonnes pour la benne.

  • Pour mieux apprécier toute la puissance de l’Agrotron, nous avons broyé des têtes de roche avec un Bugnot BPM 2450 doté d’une entrée de 2,45 m et un rotor de 2 m de large. Notre tracteur était équipé des vitesses rampantes.

  • Pour répondre à la norme Tier 4F, le bloc Deutz AG de 6,06 l est muni d’une vanne EGR externe, du SCR et d’un filtre à particules passif (pas de régénération active, ni d’injection de GNR).

  • Les radiateurs en aluminium s’ouvrent en porte feuille pour faciliter l’entretien. L’ouverture est assistée par vérins à gaz.

  • Le moteur entraîne la transmission RCShift. Une gestion électronique adaptative optimise le rendement du tracteur et sélectionne le meilleur rapport de démultiplication en fonction des applications.

  • L’accès en cabine se fait par l’intermédiaire de 4 marchepieds. Il est sécurisé par des barres.

  • La cabine, dont la structure est à six montants, est bien agencée. L’ergonomie des commandes respecte des codes couleurs pour distinguer les différentes fonctions (orange moteur/transmission, vert : relevage, bleu : hydraulique et jaune : prise de force).

  • L’accoudoir MaxCom regroupe l’intégralité des commandes. La paume de la main repose sur le joystick. Le pouce est libre pour gérer l’inverseur, le relevage, deux distributeurs hydrauliques, ou encore une vitesse cible (cruise).

  • Sous le couvercle de l’accoudoir prennent place les commandes auxiliaires du relevage, de l’hydraulique et le bouton de gestion des 4 modes de conduite de la transmission.

  • Toutes les informations du tracteur, et particulièrement de la transmission, sont concentrées derrière le volant, sur le tableau de bord. Au milieu prend place l’écran Info Center Pro. On retrouve la gamme et la vitesse powershift, des informations sur le moteur ou encore la vitesse réelle… etc.

  • La console se compose de quelques fonctions comme les sélecteurs des régimes de prise de force ou encore la gestion pas à pas du relevage.

  • Le capot moteur est séparé de la cabine, dans le but de limiter les transmissions de chaleurs, et diminuer au maximum le bruit en cabine.

  • Le pont avant suspendu est redessiné. La course des vérins est de 120 mm et le bras de pivot sur lequel est fixé le pont Dana est plus long que l’ancienne génération.

  • Le relevage avant, proposé en option, dispose d’une capacité de levage de 4,7 tonnes. De fabrication Sauter, il est intégré au tracteur.

  • Le relevage avant est doté de prises électriques, Isobus et d’une alimentation 12 Volts.

  • Pour les travaux, le 6205 est muni de 6 phares à l’avant et quatre à l’arrière. Les phares au bout du capot sont hérités du design automobile.

  • Le relevage arrière de catégorie 3 a une capacité annoncée à 9,7 tonnes.

  • Les commandes extérieures se distinguent par des codes couleurs. Pour déverrouiller le relevage, il suffit d’appuyer sur les deux boutons verts en même temps.

  • Notre tracteur était équipé d’un freinage pneumatique, d’un système hydraulique Power Beyond, et de 4 distributeurs répartis de chaque côté du troisième point.

  • Petit détail mais qui fait parfois la différence, les coussins de la suspension de cabine sont protégés par une bavette en caoutchouc.

  • La caisse à outils est astucieusement fixée au-dessus du réservoir, côté accès cabine.

  • Le Deutz-Fahr série 6 doté de la transmission RCShift roule à 44 km/h à 1200 tr/min. C’est silencieux et économique.

  • Le constructeur a tout pensé pour permettre au tracteur de s’adapter aux besoins du chauffeur.