Plusieurs ateliers se côtoient au Gaec Girard-Clerc, à Bay en Haute-Saône : 2 millions de litres de lait avec un troupeau de 200 montbéliardes conduites en zéro pâturage, 3 000 porcs engraissés chaque année et l’engraissement de veaux mâles. La sole est constituée de 280 hectares de cultures (blé, orge, colza, maïs), 500 hectares au total avec les prés.

Trois ans de recul

Depuis trois ans, les cultures sont semées en direct après un couvert. Une initiative réalisée sous l’impulsion d’un groupe d’agriculteurs de la région, dont certains pratiquent le semis direct depuis plus de 15 ans. « Les agriculteurs du groupe ne sont jamais revenus au travail du sol, constate Alexandre Girard. Quand je vois leurs champs qui sont très bien, je me dis que cela peut marcher chez nous aussi ! »

Le maïs, autoconsommé en totalité, est semé à faible densité (75 000 grains/ha) avec des variétés tardives (indice 500). « Associée au semis direct, cette technique permet de pallier les faibles réserves hydriques du sol », précise Alexandre Girard. Cette année, les rendements en ensilage ont atteint 40 t/ha de matière brute.

Adèle MagnardJournaliste-reporter d’images