Les Américains fêtent Halloween à la ferme
/
  • La file d’attente s’allonge dès le début de la journée. La ferme Dell’Osso organise ses portes ouvertes depuis 1996. Près de 150 000 personnes sont attendues sur la ferme en ce mois d’octobre 2016. Située à Lathrop, à environ 100 km à l’est de San Francisco, elle s’étend sur 162 ha. Trois frères sont aux commandes. Maïs, citrouille et luzerne y sont notamment produits. L’entrée à la fête, appelée « Pumpkin Maze », – comprendre labyrinthe d’Halloween – est payante. Il faut débourser 13 euros en semaine et 17 euros le weekend.

  • Susan Dell’Osso, à gauche sur la photo, est l’heureuse organisatrice de la fête. Sa cousine Vera Kruip est venue de Hollande lui donner un coup de main pour l’occasion. Susan a initié ce mois d’animations lorsqu’elle est arrivée sur la ferme, il y a 20 ans.

  • L’une des attractions phares s’appelle « Blasters », ou exploseurs. Le principe est simple : tirer dans une cible des petites citrouilles à l’aide de canons à air comprimé. Plus la cible est petite, plus elle rapporte de points.

  • Le défi est à réaliser en famille ou entre amis. Les cibles sont situées à environ 25 à 30 m de distance. Il faut y faire exploser la petite citrouille lancée grâce au canon. Il y en a de toutes tailles, de la grande chauve-souris aux cloches suspendues. Les citrouilles sont propulsées à une vitesse d’environ 160 km/h.

  • Chaque année, des attractions sont ajoutées. Du « pick-up truck » en bois pour les plus petits au parcours aventure pour les amateurs de sensations, chacun peut y trouver son compte.

  • À côté des Blasters, l’autre grande attraction est le labyrinthe de maïs. Au parcours toujours changeant, il se transforme la nuit tombée en vrai cauchemar. Le visiteur est invité à s’y perdre, déguisé, et à affronter ses peurs.

  • Les allées sont minutieusement tracées pour guider l’aventurier dans de nombreux cul-de-sac. Le maïs est assez haut, entre 2 et 2,5 m, pour ne donner aucune indication. Seuls indices : le plan remis à l’entrée et l’orientation du soleil !

  • Heureusement, 3 plateformes sont placées en hauteur pour analyser la situation, voire découvrir le désastre si l’on s’est trompé de chemin ! Au loin, les montagnes arides du Mont Diablo. Ça ne s’invente pas…

  • Pour changer du parcours au sol dans le labyrinthe, le parcours aventure aérien se termine par une belle récompense : un tour de tyrolienne.

  • D’autres animations sont proposées : grandes citrouilles gonflables, château hanté, tours de poney, etc. Les habitants de la région se déplacent en nombre, notamment le week-end. Le phénomène a pris de l’ampleur et les familles aiment y passer du temps. C’est pourquoi il a aussi fallu pousser les murs.

  • Après toutes ces activités, il est temps de mesurer sa force sur l’échelle de l’épi de maïs ou de la citrouille. Si nos jeunes candidats semblent circonspects, c’est qu’ils lisent les niveaux « p’tit mec » ou « maman » sur l’épi. Ils se dirigeront finalement à droite et navigueront entre « Knuckle head », qualificatif peu flatteur voulant dire personne stupide, et « Super Herc », soit super Hercule.

  • Il est enfin temps d’aller chercher sa citrouille. Certaines ont une taille impressionnante. L’usage d’une brouette est alors nécessaire. La cucurbitacée aura surtout un usage décoratif.

  • Un stand de vente directe propose d’autres variétés de courges produites sur la ferme : « gourds », « cannon balls », « tiger babies », etc. Celles-là seront destinées à l’alimentation ou à la décoration.

  • Les emplettes terminées, bye-bye la ferme Dell’Osso ! Mais peut-être pas pour 1 an. En effet, la ferme a diversifié ses évènements. Elle organise désormais une fête hivernale à l’occasion des fêtes de fin d’année, une « Baconfest » autour du bacon, de la bière et de groupes de musique, et enfin un évènement sportif appelé « Mud run » – une course avec nombreux obstacles et beaucoup de boue. Les fermiers américains ne sont pas en reste au pays de « l’Entertainment » – du divertissement.

Vincent Gobert