Jean Hamot, agriculteur sur 200 ha dans le Gers, a depuis quelques années diminué son travail du sol et mis en place des couverts afin de faire remonter le taux de matière organique. Il sème désormais blé, maïs et soja en direct dans un couvert de féverole. Résultats : la terre est plus foncée, plus aérée, et les vers de terre sont bien visibles. « Ce sont nos laboureurs, affirme-t-il, il faut absolument laisser leur nourriture sur le sol et ne pas l'enterrer. »

Voir tous les reportages vidéo.

Adèle Magnard