Pierre Blanc commercialise ses poulets depuis près de trente ans. « J’ai commencé avec cinq ou six poulets par semaine, aujourd’hui j’en suis à 200. » Installé comme producteur de semences de maïs il y a 40 ans, Pierre s’est rapidement lancé dans l’élevage pour valoriser les lignées mâles. Mais aujourd’hui, la volaille représente plus de la moitié de son revenu.
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
18%

Vous avez parcouru 18% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !