« La question centrale de l'émergence des circuits courts est comment pérenniser la relation avec le consommateur », affirme Marc Filser, professeur en sciences de gestion à l'Université de Bourgogne.

Il intervenait le 20 janvier 2011 dans le cadre des entretiens de la rue d'Athènes, organisés par la Saf, autour du thème « Alimentation et structuration des territoires ».

L'augmentation des volumes donne de la visibilité mais en même temps les circuits courts « vont avoir besoin de réintermédiation », explique Marc Filser. « Les agriculteurs qui s'associent pour créer un point de vente à proximité d'une ville, c'est de la réintermédiation. Donc c'est déjà plus du circuit court. »

« Lorsqu'on développe un nouveau format, l'essentiel c'est de bien réfléchir à la création de valeur pour le consommateur », ajoute-t-il.

Une des grandes tendances qui se dessine dans l'évolution de la distribution alimentaire, c'est, selon lui, « la fragmentation du marché ».

Marie-Gabrielle Miossec et Marine Gramat