Contre toute attente, le dernier rapport du département américain de l'Agriculture (USDA), dévoilé mardi, « a réduit ses estimations de production pour le blé et a maintenu le stock de report de maïs à la fin de juin 2012 à 2 millions de tonnes (Mt) pour les Etats-Unis, soit seulement 5, voire 6 % de la consommation. Les prix sont repartis à la hausse », a observé Xavier Rousselin, chef de l'unité des grandes cultures de FranceAgriMer, mercredi 13 juillet.

Avec une baisse de rendement et de surfaces, la production de blé dur en France atteindrait 2 Mt, en baisse par rapport à la campagne précédente (2,5 Mt), a indiqué X. Rousselin. Ce qui devrait permettre de dégager 1,3 ou 1,4 Mt à l'exportation vers l'UE et les pays tiers, a-t-il précisé.

Le responsable des grandes cultures de FranceAgriMer a confirmé pour les producteurs français la possibilité d'exportation vers le Maghreb, annoncée il y a quelques jours par la société de conseil en gestion du risque des prix Offre et Demande Agricole (ODA), compte tenu du contexte nord-américain. Etats-Unis et Canada sont touchés par les intempéries : là-bas, les portes sont « en partie fermées » aux exportateurs que sont le Maroc et l'Algérie.

Marine Gramat

Lire également :