Dans les Pyrénées-Atlantiques, les montants perdus sont modestes (5 400 € en moyenne) car les exploitations le sont aussi : 48 ha en moyenne consacrés au troupeau. Peu rentables, elles ont souvent cherché d’autres sources de revenu. Ce qui a gonflé l’indicateur économique et fait sauter l’ICHN. « La double peine », résume Julien Boyer, de la chambre d’agriculture. Il s’alarme ...
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
47%

Vous avez parcouru 47% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !