Les drones agricoles se démocratisent mais leur utilisation demande de maîtriser conjointement le pilotage de l’appareil et la surveillance des images en temps réel. Pour ces dernières, c’est bien souvent l’écran du smartphone qui sert d’interface. Une solution qui trouve rapidement ses limites, notamment lorsque l’écran intègre aussi des informations sur les paramètres du vol.

Pour pallier ce problème, plusieurs spécialistes du drone comme Parrot et Ehang proposent des lunettes connectées sur lesquelles les images du drone sont directement projetées. Ces solutions, qui coûtent autour de 700 €, ont l’avantage d’apporter un meilleur retour immédiat sur les images du drone mais obstruent totalement la vue du pilote, qui est alors isolé de son environnement extérieur.

Utiliser la réalité augmentée

Epson utilise une approche différente avec un recours à la réalité augmentée. ll vient de présenter un modèle compatible avec les drones DJI. Les Moverio BT-300 n’affichent pas les images du drone sur les verres des lunettes mais les projettent devant les yeux du pilote, qui peut alors voir normalement son environnement.

L’interface entre les lunettes et le boîtier de commande du drone est un petit boîtier relié par un câble HDMI. Les premiers utilisateurs du dispositif (900 €) ont constaté son efficacité, mais insiste sur l’apprentissage assez long nécessaire pour maîtriser le système. Enfin, certains ont ressenti des effets semblables au mal des transports après une utilisation de plus d’une heure.

Corinne Le Gall