La réflexion lors de l’achat d’un semoir de type non-labour se limitait jusqu’à présent à « Quel élément correspond le mieux à mon sol ? ». Avec l’arrivée des nouvelles techniques de rotation, de couverts associés et du besoin d’en faire davantage en un seul passage, en vue ne pas interférer avec la vie biologique de la parcelle, de nouveaux paramètres entrent en jeu...
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
23%

Vous avez parcouru 23% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !