Avec le retour du printemps, les orages se font de plus en plus menaçants et les risques de destruction des cultures augmentent. Selon Météo-France, les phénomènes de grêle s’intensifient avec une augmentation de plus de 300 % des épisodes orageux au cours des dix dernières années. Afin de réduire les pertes des agriculteurs, Laïco, une nouvelle solution de lutte contre la grêle, va être testée dès cette année. Née d’un partenariat entre Lacroix, le spécialiste des services et solutions pyrotechniques, et Selerys, fournisseur de dispositifs de détection du risque d’orage, Laïco a pour objectif d’avertir l’agriculteur suffisamment tôt du risque d’orage pour qu’il déclenche l’intervention.

Anticiper le risque

Le premier étage du dispositif est le système de détection et d’anticipation des risques orageux Skydetect. Cet outil d’aide à la décision (OAD) développé par Selerys détecte les phénomènes météo de forte intensité et analyse l’avancée des cellules orageuses minute par minute dans un rayon de 30 km. Skydetect est constitué d’un radar, d’un logiciel d’analyse des cellules orageuses et d’une base de données. L’agriculteur est alerté par e-mail et SMS entre 30 minutes et une heure avant l’arrivée de l’orage sur son exploitation. Il peut ainsi déclencher le deuxième niveau du dispositif Laïco et préparer la riposte.

Des torches embarquées sur un ballon

La phase de lutte contre la grêle consiste à remplacer les traditionnelles fusées par un système d’ensemencement par sels hygroscopiques envoyés dans le nuage grâce à une torche reliée à un ballon équipé d’une micropuce électronique. Les sels sont ainsi libérés directement dans la zone susceptible de générer de la grêle. Ces sels hygroscopiques transforment les grêlons en fines gouttes de pluie. Le ballon est gonflé à l’hélium grâce à une petite bonbonne fournie avec le dispositif.

Pour la campagne de 2017, Laïco sera testé sur céréales dans le Chatillonais, sur vergers et cultures maraîchères dans la Drôme et les Bouches-du-Rhône, et sur vignes dans les Côtes-du-Rhône.

Corinne Le Gall