Le capteur N-Sensor prend de la hauteur. Yara rend en effet disponible depuis ce 8 mars la première version d’Atfarm, nouveau service de pilotage de la fertilisation azotée. Cet outil doit permettre à toute exploitation agricole de moduler son apport d’engrais au sein de ses parcelles, sans investissement initial. L’algorithme du N-Sensor, outil d’analyse embarqué sur tracteur, est utilisé pour exploiter les informations issues des vues satellitaires.

Deux canaux de distribution

Si Yara fait la promotion d’une première version gratuite d’Atfarm et des mises à jour avec de nouvelles fonctionnalités dans les premiers mois, 2019 sera un tournant. Atfarm sera alors commercialisé de deux façons : directement ou via la distribution. La multinationale indique que le coût à l’hectare est encore à l’étude, mais il devrait être calé sur la concurrence, comme le service Farmstar.

Lancement progressif

Depuis ce 8 mars, Atfarm est proposé sur blé. Toutes les cultures N-Sensor seront intégrées dans le courant de l’année, puis d’autres seront ajoutées. Les données météo vont aussi être progressivement ajoutées, ainsi que les cartes de biomasse agrégées obtenues en l’absence de nuages. Il est possible de tester l’outil sur un nombre limité de parcelles ou alors de tout importer de Telepac. Les cartes exportées pourront être exploitées sur différents supports et consoles de tracteurs.

Du côté de la technologie par satellite, le programme Sentinel 2 est opérationnel depuis 2017 et les données sont accessibles à tous. Le réseau de satellites assure une couverture européenne tous les trois jours à 10, 20 ou 60 mètres de résolution. Selon Yara, l’agriculteur, qui connaît le mieux ses parcelles, aura le dernier mot sur la création de la carte d’épandage.

Vincent Gobert