« Ce matin à 9 heures, j’ai amené les chèvres sur les parcours. Deux heures plus tard, elles avaient bien grimpé sur le versant d’en face », constate Rachel Devèze. Pour le savoir, elle n’a pas besoin d’être à leurs côtés. L’une des chèvres est équipée d’un GPS, qui envoie régulièrement par satellite les coordonnées du lieu où...
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole

Pour y accéder : 3 possibilités !

14%

Vous avez parcouru 14% de l'article

Vous êtes déjà abonné, inscrivez-vous.

Inscrivez-vous ou identifiez-vous en haut du site. Vous aurez besoin de votre numéro d’abonné.

Je m'inscris
Vous n’êtes pas abonné, abonnez-vous.

Profitez de l’intégralité des contenus du site en vous abonnant en formule Intégrale ou 100% Numérique.

Je m'abonne
Vous n’êtes pas abonné, découvrez gratuitement.

Profitez, sans engagement, de tous les services de La France Agricole pendant 1 mois, y compris l’accès complet au site Internet.

Je decouvre