C’est la volonté de ne plus être dépendant des engrais qui a motivé Pierre-Henri Roland et son associé Benoît Levasseur à se lancer dans une méthanisation d’une capacité de 200 Nm3/h (normo mètre cube). « Nous cherchions à comprimer nos charges, explique le premier, céréalier à Barbery (Oise). Nous réussissions à passer au bas volume pour les traitements phytosanitaires...
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
11%

Vous avez parcouru 11% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !