«Jusqu’à présent, nous disposions de notre propre semoir, explique Dimitri Gomot, de la SCEA Caudron, à Pommiers, qui exploite 500 ha près de Soissons (Aisne) et adhère à la Cuma Catramca du village voisin, Cuisy-en-Almont. Nous devions changer notre ancien système et voulions semer des céréales ou du colza en non-labour, sans être gênés par les débris végétaux. Nous cherchions...
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
18%

Vous avez parcouru 18% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !